Passer au contenu principal

Avez-vous des questions sur vos garanties liées au COVID-19?  Apprenez-en plus

Un manque de connaissances qui perdure

les 10 principales conclusions du Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé 2019


Partager cette publication

Les employeurs continuent de sous-estimer la prévalence des maladies chroniques au sein de leur personnel, selon l’édition 2019 du Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé. En effet, ils évaluent à 39 % le pourcentage de leurs employés qui sont atteints d’un problème de santé comme le diabète, l’asthme ou l’hypertension, alors que dans les faits, plus de la moitié des employés canadiens (54 %) souffrent d’une maladie chronique, un pourcentage qui grimpe à 69 % chez les travailleurs âgés de 55 à 64 ans.

Ce n’est là qu’une des nombreuses lacunes dans les connaissances révélées par le sondage, fondé sur des entrevues réalisées auprès de 1 500 adhérents et 403 promoteurs de régime d’assurance en janvier dernier. Les résultats du sondage, publiés en juin, ont également fait état d’une divergence entre les promoteurs de régime et les adhérents sur le plan des priorités en matière de soins de santé, ainsi que d’une méconnaissance des différences entre les régimes privés et publics d’assurance médicaments, tant chez les adhérents que chez les promoteurs.

Principales conclusions

L’édition 2019 du sondage est un outil éducatif et pratique qui peut aider les acteurs de l’industrie à mieux comprendre les perceptions et les comportements en matière de régimes de soins de santé, ainsi qu’à faire des liens et à apporter des changements positifs afin d’optimiser la valeur des régimes pour les promoteurs et les adhérents. Dans cet esprit, nous vous présentons un résumé des dix principales conclusions du sondage.

1. Gestion des maladies chroniques – La vaste majorité des adhérents (87 %) ont affirmé qu’ils aimeraient en savoir plus au sujet de leur maladie et de son traitement. Un pourcentage presque aussi élevé de promoteurs de régime (82 %) souhaiteraient que leur régime en fasse davantage pour soutenir les adhérents atteints d’une maladie chronique. Compte tenu des répercussions importantes qu’ont les maladies chroniques sur les régimes d’assurance et sur le rendement des entreprises, les employeurs seraient bien avisés d’investir dans des services d’accompagnement et d’éducation en matière de santé, comme le recommande le conseil consultatif du sondage. Dans le cadre d’un régime privé d’assurance médicaments, pour chaque tranche de 100 $ de coûts, 65 $ servent à payer les médicaments visant le traitement des maladies chroniques1.

2. Régimes publics vs privés – Tant les promoteurs de régime que les adhérents croient à tort que les régimes privés et publics d’assurance médicaments couvrent grosso modo le même nombre de médicaments. Les adhérents estiment à environ 6 600 le nombre de médicaments couverts par les régimes privés et à environ 6 500 le nombre de médicaments couverts par les régimes publics, ce qui se rapproche des estimations des promoteurs de régime, soit 7 500 et 7 200 respectivement. En réalité, les régimes privés d’assurance médicaments couvrent entre 10 000 et 12 000 médicaments, c’est-à-dire au moins deux fois plus que les régimes publics, qui couvrent en moyenne 5 000 médicaments2.

3. Priorités en matière de santé – La grande majorité des promoteurs de régime (85 %) et des adhérents (77 %) s’entendent pour affirmer que la culture de leur milieu de travail favorise la santé et le mieux-être. Toutefois, on observe une différence marquée entre ces deux groupes pour ce qui est des priorités en matière de santé et de mieux-être. La santé émotionnelle et mentale est le secteur d’investissement le plus important aux yeux de 61 % des promoteurs de régime, alors que l’exercice et l’activité physique constituent la principale priorité en matière de santé pour les adhérents (56 %). Le conseil consultatif du sondage recommande que les employeurs accordent une importance égale à tous les aspects du mieux-être, compte tenu du fait qu’ils sont interreliés. Par exemple, une maladie chronique non traitée peut mener à la dépression.

4. Médecine personnalisée – Le sondage révèle un intérêt marqué pour la médecine personnalisée. Près des trois quarts des adhérents (74 %) consentiraient à faire analyser leur ADN pour déterminer le traitement le plus susceptible d’être efficace dans leur cas, en fonction de leur profil génétique. La majorité des promoteurs de régime (65 %) souhaiteraient offrir la couverture des tests pharmacogénétiques.

5. Cannabis thérapeutique – Le sondage révèle une tendance à la hausse similaire chez les promoteurs et les adhérents pour ce qui est de la couverture du cannabis thérapeutique : 45 % des promoteurs croient que le cannabis thérapeutique devrait être couvert par les régimes de soins de santé, par rapport à 34 % en 2018, tandis que 64 % des adhérents sont d’accord avec cette idée.

6. Régime national d’assurance médicaments – Chose étonnante, les répondants étaient peu ou pas au courant de la possibilité qu’un régime national d’assurance médicaments voie le jour au Canada : 77 % des adhérents et 52 % des promoteurs de régime ignoraient que la création d’un régime universel d’assurance médicaments était envisagée, résultat que le conseil consultatif a qualifié de signal d’alarme dans son rapport annuel. Malgré cette méconnaissance, il y a un fort appui au projet de régime national d’assurance médicaments chez les adhérents (87 %) et les promoteurs de régime (84 %).

7. Données sur l’absentéisme – Quatre promoteurs de régime sur cinq (80 %) aimeraient disposer de plus de données pour chiffrer le taux d’absentéisme au sein de leur personnel et en expliquer les causes. Quelque 24 % des promoteurs de régime utilisent les analyses de données pour être au fait des principaux problèmes de santé présents chez leurs employés alors que 26 % d’entre eux s’en servent pour comprendre le lien avec les demandes de règlement, les demandes de prestations d’invalidité et les autres garanties de soins de santé.

8. Engagement des adhérents – Les adhérents continuent de se dire ouverts à recevoir de l’information ciblée sur la santé en fonction de leur utilisation personnelle des garanties (65 %), même s’il faut souligner les craintes des adhérents et des promoteurs de régime en ce qui concerne la confidentialité. Le conseil consultatif reconnaît que ce type de communication peut être déterminant pour augmenter la mobilisation des adhérents à l’égard de la gestion de leur santé personnelle et favoriser l’adhésion à de nouvelles garanties.

9. Demande de règlement pour des médicaments – En 2018, 82 % des adhérents ont soumis au moins une demande de règlement visant un médicament d’ordonnance pour eux-mêmes et 62 % d’entre eux ont soumis au moins une demande pour une personne à charge, la moyenne s’établissant à 8,8 demandes de règlement pour les adhérents et à 7,7 demandes de règlement pour les personnes à charge. Les adhérents estiment à 2 393 $ le montant payé par le régime pour leurs dépenses (soit un peu moins de 300 $ par demande de règlement). Parmi les promoteurs, 48 % s’inquiètent qu’une utilisation inappropriée des médicaments ait une incidence négative sur les coûts de leur régime d’assurance médicaments, un pourcentage qui grimpe à 65 % au Québec. Le conseil consultatif recommande l’adoption de nouvelles approches pour améliorer la sensibilisation à la non-adhésion au traitement ainsi qu’aux conséquences de ce phénomène.

10. Connaissance du régime – Seuls 49 % des adhérents étaient au fait des changements apportés à leur régime de soins de santé au cours des deux dernières années, comparativement à 75 % des promoteurs de régime. Quatre adhérents sur cinq (83 %) croient que leur employeur paie un coût fixe à l’assureur, peu importe dans quelle mesure le régime est utilisé. Près de la moitié (48 %) des adhérents croient qu’ils continueront d’avoir accès au régime de soins de santé de leur employeur après leur retraite. Le conseil consultatif insiste sur le fait qu’il est important que les promoteurs et les adhérents comprennent mieux le fonctionnement de leur régime collectif, à plus forte raison lorsque des changements sont apportés ou envisagés.

Les promoteurs de régime et les conseillers peuvent se fonder sur les résultats du sondage pour prendre des décisions éclairées et établir une stratégie en vue d’optimiser leur régime de soins de santé. Le rapport complet peut être téléchargé à l’adresse www.sanofi.ca/fr.

1 Prévision des coûts des médicaments pour les régimes privés d’assurance médicaments (2018-2020), Médicaments novateurs Canada, fondé sur une analyse réalisée par IQVIA Solutions Canada.

2 Données de l’Association canadienne des compagnies d’assurance de personnes.

Croix Bleue Medavie

Depuis plus de 75 ans, Croix Bleue Medavie est un partenaire reconnu en matière de services de santé pour les...