Passer au contenu principal

Solutions garanties

bulletin à l’intention des conseillers et des consultants

Bienvenue à Solutions garanties, notre publication en ligne destinée aux conseillers et aux consultants. Vous y découvrirez de nouvelles perspectives qui vous aideront, ainsi que les promoteurs de régime, à rester au fait des enjeux d’intérêt dans les secteurs de la santé et de l’assurance.

Nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires et des sujets que vous aimeriez nous voir aborder.

Tendances en matière de régimes d’assurance

Information analytique sur les facteurs qui ont des répercussions sur la santé et les garanties des adhérents, et stratégies et outils mis en place pour réagir à ces facteurs et en tirer parti

Technologie

Les moyens que nous prenons pour repérer et créer de nouvelles occasions d’aider les promoteurs de régime et les adhérents à profiter pleinement de leur régime

Maximisation des garanties

Pleins feux sur une de nos solutions en matière de garanties

Nouvelles de l’industrie, sondages auprès des lecteurs et plus

En plus de Solutions garanties, nous lançons une nouvelle publication à l’intention des promoteurs et administrateurs de régime collectif : Lumière sur les garanties. On y abordera essentiellement les mêmes sujets, mais du point de vue des promoteurs de régime. À venir bientôt!


Tendances en matière de régimes d’assurance

Adhésion au traitement : éviter la zone à risque

A priori, rien n’est plus simple : le médecin prescrit un médicament et explique au patient quand et comment il doit le prendre, en plus de lui indiquer les effets auxquels il doit s’attendre. Le patient suit le plan de traitement et le médicament produit les résultats escomptés.

Mais ce scénario idéal ne tient pas compte de l’un des principaux obstacles à l’amélioration de la santé dans le monde réel : la non-adhésion au traitement. Selon une analyse réalisée récemment sur une période de six mois (de juillet à décembre 2017), de 40 à 50 % de nos adhérents qui présentent des demandes de règlement visant des médicaments pour les maladies chroniques ne suivent pas leur traitement selon les directives du médecin. Dans le cas des médicaments destinés au traitement des troubles de santé mentale, le pourcentage d’adhérents qui ne respectent pas leur ordonnance grimpe à 60 %.

Alors que de plus en plus de médicaments spécialisés font leur apparition sur le marché et que les adhérents sont sans cesse plus nombreux à souffrir d’une maladie chronique, chaque adhérent qui ne respecte pas le traitement qui lui a été prescrit ajoute des coûts importants au régime, sans qu’il y ait amélioration des répercussions sur la santé.

Considérer la non-adhésion au traitement comme un coût inévitable ou l’attribuer à la nature humaine ne sont pas des options valables. Nous devons comprendre ce qu’ont en commun les adhérents qui ne respectent pas leur ordonnance, analyser les causes fondamentales de ce comportement et créer des stratégies mesurables pour faire en sorte que les médicaments soient pris selon les ordonnances.


Comprendre la situation

Évidemment, les adhérents sont rarement enclins à dire volontairement qu’ils ne prennent pas leur médicament correctement. Les motifs de la non-adhésion au traitement sont très variés : mauvaise compréhension des directives du médecin, distraction, effets secondaires indésirables, coût du médicament, voire stigmatisation entourant la maladie.

Comme on ne peut s’attendre à ce que les adhérents signalent eux-mêmes leur problème d’adhésion au traitement, nous utilisons nos données pour mieux cerner le problème. Nous faisons appel à des mesures validées de l’adhésion au traitement telles que les indices MPR (Medication Possession Ratios) et PDC (Proportion Days Covered), qui se basent sur le dossier de renouvellement d’ordonnance des patients pour évaluer le respect du schéma thérapeutique.


Une approche en deux volets

Il faut s’attaquer au problème d’adhésion au traitement tant en amont qu’en aval :


En amont - pour essayer de réduire les effets de la non-adhésion au traitement dès le départ.

Nous profitons de toutes les occasions qui s’offrent à nous pour inciter les adhérents à suivre le traitement qui leur a été prescrit. Dans le cas des médicaments spécialisés très coûteux, par exemple, notre collaboration avec les programmes de soutien pour les patients permet aux adhérents d’obtenir le soutien dont ils ont besoin.

Le fait d’intégrer des services de consultation et d’encadrement aux régimes d’assurance soins de santé complémentaires, comme nous le faisons avec notre garantie Gestion des maladies chroniques, donne un accès facile à diverses mesures de soutien offertes par des professionnels, dont la sensibilisation à l’adhésion au traitement et l’évaluation des médicaments.

En collaboration avec nos pharmacies spécialisées partenaires, nous utilisons la modélisation prédictive pour déterminer quels adhérents sont les plus susceptibles de ne pas respecter leur traitement contre l’hépatite C. Nous sommes ensuite en mesure d’offrir un soutien accru à ces adhérents pour veiller à ce qu’ils prennent leurs médicaments selon les directives. Cette approche, qui est en voie d’être appliquée à d’autres maladies, nous a permis d’obtenir un des meilleurs taux d’adhésion au traitement de l’industrie.

En aval – pour identifier et atténuer les conséquences sur les coûts de la non-adhésion au traitement.

Les données individuelles sur l’adhésion au traitement peuvent servir à orienter les décisions futures concernant la couverture, à créer un modèle de responsabilité partagée et à s’assurer que le bon médicament est offert au bon patient, au bon moment.

Par exemple, lorsque nous évaluons les demandes relatives à Repatha, nous utilisons un outil d’analyse des données sur les demandes de règlement pour déterminer si le patient respecte son traitement de base par statines avant d’autoriser la couverture d’un traitement d’appoint coûteux.


En conclusion

La non-adhésion au traitement réduit le RCI des investissements dans un régime de soins de santé, en plus de représenter des dépenses engagées inutilement et une pression sur la viabilité des régimes d’assurance médicaments. Qui plus est, les adhérents qui ne respectent pas leur ordonnance se privent d’une partie des bienfaits que le traitement pourrait leur apporter. Nous continuons de chercher des façons d’améliorer la santé des adhérents et la viabilité des régimes. D’autres innovations sont donc à venir.


Technologie

Des outils numériques pertinents

Comme chacun sait, tout se passe en ligne de nos jours. En fait, un pourcentage croissant de la population n’a même pas connu un monde sans accès mobile permanent, sans parler de l’Internet lui-même.

Dans ce contexte, notre but est de mettre la révolution numérique au service de nos adhérents et de nos régimes d’assurance.

Nos adhérents sont plus d’un quart de million à utiliser leur téléphone pour interagir avec nous. Les demandes de règlement électroniques ont plus que doublé au cours des deux dernières années et le taux de croissance continue de grimper.

Aujourd’hui, les adhérents peuvent utiliser leur téléphone pour trouver un fournisseur fiable qui pourra soumettre leur demande en leur nom, ou pour soumettre leur demande eux-mêmes au moyen de l’application. Grâce à l’accès instantané aux renseignements sur leur couverture, ils peuvent faire des choix de garanties éclairés.

Traitement en ligne

Comme nous l’avons vu dans la section sur l’adhésion au traitement, nos solutions numériques ne visent pas uniquement à créer la meilleure expérience possible pour nos adhérents. En analysant nos données, nous pouvons découvrir les occasions d’offrir des outils permettant d’améliorer la santé des adhérents et les rendements des investissements dans les régimes d’assurance.

À titre d’exemple, près de 17 % de nos assurés soumettront des demandes de règlement visant des médicaments utilisés principalement pour le traitement d’un trouble mental (dépression et anxiété) au cours de leur vie. L’utilisation de ces médicaments grimpe rapidement à la fin de l’adolescence et atteint un sommet chez les quinquagénaires.

Pourtant, seuls 7 % de ces adhérents présentent aussi des demandes de règlement pour les services d’un psychologue.

Alors, comment les nouvelles technologies peuvent-elles nous aider à réduire cet écart? Nous examinons de nouvelles approches, comme la thérapie cognitivo-comportementale en ligne. Une telle approche est bien adaptée au monde numérique d’aujourd’hui, où l’accès instantané aux services est en voie de devenir la norme.

La thérapie cognitivo-comportementale offerte en ligne peut être tout aussi efficace que la même thérapie suivie en personne. Le temps passé avec les cliniciens est réduit sans que l’efficacité du traitement en souffre. Il s’agit d’une excellente solution pour de nombreux adhérents qui la trouvent plus pratique et confidentielle.


En conclusion

La technologie n’est pas une fin en soi. En nous concentrant sur ce que la technologie peut nous apporter, par exemple faciliter la soumission des demandes de règlement ou l’accès au soutien en santé mentale pour les adhérents, ou nous fournir des données nous permettant de faire en sorte que nos régimes maximisent le rendement sur l’investissement, nous mettons la technologie au service de tous.


Nouvelles de Croix Bleue Medavie

Lancement du nouveau blogue Carrefour

Le marché des assurances est en mutation constante, et il est toujours difficile de rester au courant de tout ce qui s’y passe. Nous sommes là pour vous aider.

Notre nouveau blogue Carrefour est un pôle d’information qui regroupe des enregistrements de webinaires, des billets de blogues, des articles et des nouvelles de l’industrie. Il sera mis à jour au moins une fois par mois, alors ne manquez pas de venir y faire un tour régulièrement. Vous pouvez également rester au fait des nouvelles publications en nous suivant sur LinkedIn et Twitter.

Le programme de subventions 2018 de la Fondation Medavie pour la santé est lancé

La Fondation Medavie pour la santé est à la recherche de demandes de subvention provenant d’organismes communautaires qui se consacrent à améliorer la vie des personnes touchées par les problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents, par le diabète de type 2 et par l’état de stress post-traumatique.

Les organismes qui veulent présenter une demande de subvention doivent être des organismes de bienfaisance enregistrés offrant des programmes qui appuient l’une de ces trois causes fondamentales. Nouveauté cette année : il n’y a plus de date limite pour soumettre une demande de subvention. Nous acceptons les demandes toute l’année. Visitez le site Web de la Fondation pour connaître les détails.

Croix Bleue reconnue comme l’une des marques les plus admirées

L’Association canadienne des Croix Bleue a choisi de participer une fois de plus en 2018 à l'étude Léger sur la réputation des entreprises. L’étude a pour but de déterminer les entreprises qui sont les plus admirées au Canada.

Nous sommes heureux d’annoncer que Croix Bleue a été reconnue une fois de plus comme l’une des 100 marques les plus admirées au Canada. En outre, cette année, nous avons gagné près de 10 places dans le classement et sommes heureux d’avoir encore obtenu la première position comme fournisseur de garanties de soins de santé au Canada.

Plus en savoir plus sur les résultats de ce sondage, visitez le site Web corporatereputationstudy.com.

2018 Lancement de la série de conférences Benefits3

Les 4 et 5 avril derniers à Halifax, nous avons donné le coup d’envoi de l’édition 2018 de notre série nationale de conférences Benefits3. Encore une fois, cette conférence très attendue a réuni de grands employeurs, des conseillers en assurance et des conférenciers reconnus provenant de partout au Canada.

Le thème de cette année, les tendances qui transforment, porte sur la nécessité de repenser la façon dont nous concevons et offrons les régimes collectifs dans un monde en constante évolution. Lors de la première journée, les discussions étaient axées sur l’innovation et les tendances perturbatrices touchant le domaine des soins de santé et l’industrie de l’assurance collective. Les discussions de la deuxième journée portaient plutôt sur les tendances en matière de santé mentale, notamment les façons de gérer le stress engendré par les changements en milieu de travail. Le chef de la direction de Medavie, Bernard Lord, a présenté aux délégués une rétrospective sur le long historique d’innovation et de leadership de Croix Bleue Medavie en plus de leur expliquer comment notre position unique nous permet de continuer à changer le milieu des soins de santé au Canada.

Consultez le mot-clic #benefits3 sur Twitter pour constater l’ampleur de l’engagement social démontré par les délégués et les conférenciers. Vous pouvez également visionner une vidéo en accéléré (en anglais seulement) montrant la création d’un sommaire visuel percutant des discussions ayant eu lieu durant la conférence.

Croix Bleue Medavie présentera d’autres conférences de cette série à Toronto et à Montréal plus tard cette année.

Nouvelles de l’industrie

La priorité accordée aux médicaments génériques porte ses fruits

Depuis le 1er avril dernier, nos régimes bénéficient des économies négociées plus tôt cette année par l’Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP), un organisme qui représente l’ensemble des provinces et territoires à l’exception du Québec, et par l’Association canadienne du médicament générique (ACMG). Le prix de près de 70 des médicaments les plus couramment prescrits au Canada a été réduit de 25 à 40 %. Malgré le fait que les promoteurs de régimes privés ne sont pas représentés par l’APP, leurs régimes profitent tout de même de ces prix réduits sur les médicaments génériques.

Depuis le 3 avril dernier, les adhérents du Québec profitent en outre de nouvelles économies sur le prix des médicaments génériques. En effet, les négociations entre la province et l’ACMG ont mené à la conclusion d’un accord de cinq ans distinct sur les ententes de prix négociés.

Depuis plusieurs années, nous misons sur les médicaments génériques pour contenir les coûts des médicaments dans le cadre de notre stratégie de gestion de l’assurance médicaments. La substitution obligatoire des médicaments génériques a été adoptée par 80 % de nos régimes collectifs. Grâce à cet accord, nos clients profiteront d’économies immédiates et soutenues.

Sondage auprès des lecteurs

Remplir mon formulaire en ligne.

Communiquez avec nous!

Utilisez les médias sociaux pour obtenir les dernières nouvelles à notre sujet et poursuivre la conversation