Croix Bleue Medavie a annoncé aujourd’hui le lancement d’un projet pilote novateur, réalisé en partenariat avec Groupe de santé Medaca, qui vise à faciliter l’accès en ligne à des soins spécialisés en santé mentalepour les adhérents dont la demande de prestations d’invalidité liée à la santé mentale a été approuvée.

Le projet permettra aux adhérents ayant reçu un diagnostic d’anxiété ou de dépression de suivre une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) virtuelle auprès d’un professionnel agréé.

Au moyen de leur ordinateur, de leur téléphone intelligent ou de leur tablette, les adhérents se connecteront à la plateforme numérique du service afin de communiquer avec leur thérapeute en TCC par vidéo. Le service est bonifié par le recours à la messagerie instantanée et à des devoirs qui sont ensuite abordés pendant la séance.

La TCC sera intégrée au service de traitement psychiatrique que Medaca offre à Medavie depuis 2012, et qui permet aux adhérentsd’accéder rapidement à un traitement efficace fourni par des psychiatres travaillant directement avec des médecins de famille.

« À notre connaissance, il s’agit du seul service d’intervention précoce en Amérique du Nord à intégrer les traitements psychologiques et pharmacologiques au moyen de consultations de médecin à médecin, affirme Marc Avaria, vice-président, Assurance vie et invalidité, Croix Bleue Medavie. L’intégration de ces deux modalités thérapeutiques est essentielle à la prestation de soins et de traitements efficaces dans le cas de la plupart des troubles mentaux. »

Croix Bleue Medavie a été parmi les premiers assureurs au Canada à offrir des services d’intervention psychiatrique précoce, en collaboration avec Medaca, en 2012. Depuis, les adhérentssont en mesure de rencontrer un psychiatre dans les trois semaines suivant l’approbation de la demande par leur assureur et leur employeur. Les délais d’attente pour voir un psychiatre sont actuellement de 5 à 24 mois au Canada. Après l’ajout de ce service, Croix Bleue Medavie a observé une augmentation de 28 % des retours au travail avant la fin de la période d’invalidité de courte durée dans les dossiers liés à la santé mentale.

« Cette nouvelle option de psychothérapie améliorera encore davantage les résultats en matière de santé mentale obtenus par Croix Bleue Medavie au cours des six dernières années », déclare Chris Anderson, président de Medaca.

M. Avaria ajoute que la TCC en ligne est un « nouvel outil dans le coffre de Croix Bleue Medavie en matière de soins en santé mentale » et ne vise pas à remplacer les consultations thérapeutiques traditionnelles en personne. « Les séances virtuelles sont une option de rechange aux consultations en personne, qui permet aux adhérents d’accéder rapidement et facilement à des ressources en TCC, explique M. Avaria. Les adhérents peuvent ainsi choisir la modalité qui répond le mieux à leurs besoins. »

Les problèmes de santé mentale représentent la principale cause d’invalidité de longue durée au Canada. Ils comptent pour plus de 30 % des demandes de prestations. Les cas d’invalidité liés à un trouble de santé mentale entraînent des coûts deux fois plus élevés que ceux liés à une maladie physique. Chaque semaine, un demi-million de travailleurs s’absentent du travail en raison d’un problème de santé mentale. Selon la Commission de la santé mentale du Canada, l’absentéisme et le présentéisme coûtent 56 milliardsde dollars à l’économie canadienne en perte de productivité seulement.

La psychothérapie en ligne apporte une solution au fardeau grandissant et coûteux que constituent les problèmes de santé mentale et élimine les obstacles susceptibles d’empêcher les employés de rechercher l’aide d’un professionnel. La technologie utilisée offre un anonymat complet grâce au respect de normes strictes en matière de confidentialité. Ainsi, les interactions entre l’adhérent et le thérapeute sont cryptées.

Le service est en phase avec l’ouverture croissante des Canadiens à l’égard des solutions de santé numériques, confirmée par les résultats d’un sondage récent de l’Association médicale canadienne. Sept répondants sur dix ont affirmé qu’ils feraient appel à des services de consultation médicale en ligne et que de tels services leur permettraient d’accéder plus rapidement à de meilleurs soins.