Passer au contenu principal

Mettez vos finances à l’épreuve

Dans quelle mesure êtes-vous protégé contre les imprévus?

Publié par Croix Bleue Medavie le 18 mai 2021

Selon une nouvelle étude de Croix Bleue Medavie, la pandémie a entraîné pour les Canadiens une prise de conscience quant à l’importance de souscrire une couverture supplémentaire pour leur régime de soins de santé.

Est-ce que ce fut votre cas? La pandémie vous a-t-elle amené à repenser vos finances? Qu’il s’agisse de mettre de l’argent de côté en cas d’urgence ou de repenser les plans de retraite, de nombreux Canadiens ont pris des mesures pour protéger leur bien-être financier. Mais votre couverture d’assurance actuelle passerait-elle le test?

Notre sondage a montré que les travailleurs canadiens sont inquiets des répercussions que pourrait avoir une maladie ou une blessure grave sur leur bien-être financier :

  • 80 % d’entre eux prévoient qu’un événement de ce type aurait une incidence sur leurs finances, et 45 % disent que les répercussions seraient importantes.
  • Les principales préoccupations financières sont la perte de revenu due à l’absence du travail (48 %), l’absence de couverture gouvernementale pour le traitement (38 %) et l’incapacité de payer l’hypothèque ou le loyer (37 %).
  • En cas de perte de revenus due à une maladie ou à une blessure grave, les personnes interrogées disent qu’elles s’en sortiraient financièrement en réduisant leurs dépenses (57 %), en puisant dans leurs économies (48 %) ou en cherchant une autre source de revenus (34 %). Par ailleurs, 57 % des répondants seraient en mesure de s’en sortir pendant 6 mois ou moins avant de devoir s’endetter.


Lacunes en matière d’assurance

Le sondage révèle des lacunes entre la protection du revenu que les travailleurs canadiens devraient avoir et l’assurance vie et soins de santé qu’ils ont déjà :

  • Bien que le 2/3 des personnes interrogées déclarent que la pandémie a rendu plus important que jamais le fait de posséder une assurance vie ou une assurance maladies graves, seulement 40 % ont une couverture contre les maladies graves et 55 % ont une assurance décès et mutilation par accident. En revanche, l’assurance vie est plus populaire (70 %).

Alors que nous continuons à faire face à la pandémie, c’est le moment de réfléchir à ce qu’il adviendrait de votre santé financière si vous ou votre conjoint perdiez votre revenu à la suite d’une maladie ou d’une blessure grave. Voici quelques questions à considérer :

  • Si votre capacité à gagner un revenu était réduite, comment devriez-vous ajuster vos finances?
  • Combien d’argent avez-vous mis de côté pour les urgences?


Dissiper les mythes

Voici quelques-uns des principaux mythes entourant l’assurance vie et l’assurance maladies graves :

  • C’est trop cher. Si vous êtes un adhérent d’un régime d’assurance collective et que vous êtes assuré par Croix Bleue Medavie, vous pouvez acheter des garanties facultatives à des tarifs de groupe préférentiels inférieurs à ceux que vous pourriez obtenir individuellement.
  • Ça ne m’arrivera pas. Une maladie ou une blessure grave peut frapper n’importe qui à n’importe quel moment. Environ 3 Canadiens sur 10 sont atteints de diabète ou de prédiabète, 9 Canadiens sur 10 présentent au moins un facteur de risque de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral et 1 Canadien sur 2 sera atteint d’un cancer au cours de sa vie.
  • C’est le système de soins de santé qui paiera. Au Canada, les régimes d’assurance maladie gouvernementaux couvrent généralement la majorité des frais médicaux. Toutefois, une maladie ou une blessure grave soudaine peut entraîner des coûts supplémentaires, par exemple pour l’achat d’équipement d’adaptation, les modifications du domicile, les déplacements et l’hébergement pour le traitement, les frais de garde d’enfants, etc. Sans parler de la perte potentielle de revenus si vous aviez à vous absenter du travail pour vous remettre d’une maladie, d’une blessure ou pour prendre soin d’un être cher.
  • C’est trop compliqué. Notre plateforme numérique consacrée aux Garanties facultatives vous guide de manière fluide tout au long du processus de demande, de la connexion à l’achat. Vous pouvez sélectionner votre couverture, calculer vos taux et fournir les renseignements pour le paiement, tout cela en ligne.
  • Il faut faire un examen médical. À titre d’adhérent d’un régime collectif, pendant la période d’adhésion libre, vous pouvez souscrire des garanties facultatives jusqu’à concurrence d’un certain montant de couverture sans avoir à subir d’examen médical ni à répondre à des questions d’ordre médical.
  • C’est trop long à mettre en place. L’adhésion aux Garanties facultatives est rapide et facile. Vous pouvez accéder à une protection financière supplémentaire en quelques minutes grâce à notre processus simple et sécurisé.


Protéger votre avenir

Avec une couverture supplémentaire, vous aurez l’esprit tranquille en sachant que, peu importe ce que l’avenir vous réserve, vous êtes protégé. En cas d’imprévu, vous recevrez une somme forfaitaire non imposable, que vous pourrez dépenser à votre guise. Vous pourrez ainsi vous concentrer sur votre rétablissement et non sur vos finances. Il s’agit d’une solution sensée, simple et abordable de protéger votre avenir financier.


Besoin de plus d’information?

Parlez à votre représentant des ressources humaines pour savoir si votre régime comprend ces options de couverture flexible ou apprenez-en davantage en cliquant sur le lien ci-dessous.

* Les données proviennent d’une étude mandatée par Croix Bleue Medavie et menée par Léger auprès de 1 004 Canadiens travaillant à temps plein et adhérant au régime collectif de soins de santé offert par leur employeur. Le sondage a été mené entre le 8 et le 16 mars 2021 auprès des participants au panel en ligne de Léger.